Conseils SOMMEIL

 Température, luminosité, alimentation, comportements, nombreux sont les facteurs qui peuvent influencer votre sommeil. Petit florilège des bonnes pratiques

 

Sommeil, l'ami intime...

Le sommeil est un élément primordial à l’équilibre de l’organisme. De nombreux travaux scientifiques en ont démontré les bienfaits. 

Il permet le maintien des capacités cognitives et motrices, il est le moteur de la croissance ; Il favorise la restauration du système immunitaire et la régulation de nombreuses secrétions hormonales ; Il agit sur l’humeur, le stress, l’anxiété.

Bien dormir, c’est incontestablement le premier pas vers le bien-être ; Adoptez Ergonox®, c’est s’assurer de faire ce premier pas.

 

Votre chambre, un cocon à préserver

Il est indispensable de contrôler l’environnement pour optimiser votre endormissement et votre sommeil. Dans la chambre, une température de 18°C est idéale pour permettre au sommeil de se mettre en place. En effet, la température du cerveau doit pouvoir baisser à 36,5°C pour déclencher les processus d’endormissement.

 
 ../userfiles/ormex.arobases.fr/image/femme-qui-a-du-mal-a-dormir-avec-son-smartphone.jpg

Débranchez !...

Il convient de proscrire l’utilisation des écrans dans la chambre. En effet, la lumière émise par nos écrans de télévisions, smartphones ou tablettes perturbe la sécrétion de mélatonine et donc l’endormissement. De la même manière, il est préférable de dormir dans l’obscurité complète. 

Enfin, même si aucune preuve scientifique tangible n’a encore été apportée, nous conseillons de laisser votre smartphone éteint ou en mode avion !

Mangez léger

Pour bien dormir, mangez 2-3 heures avant le couché, pour éviter le début de digestion qui augmente la température corporelle (nuisible à l’endormissement, voir plus haut). Evitez tant que possible les protéines et lipides dont la digestion entraine des secrétions hormonales perturbant l’endormissement. Favoriser les glucides (sucres lents : pâtes, pomme de terre…) 


L’alcool est également un faux ami du sommeil car il modifie les ondes cérébrales du cerveau, ce qui perturbe les cycles, notamment en diminuant les périodes de sommeil paradoxal. 

 

 

Back to top