Employeurs : intéressez vous au sommeil de vos salariés…

Une étude  américaine récente montrent que 43% des actifs qui sont en manque de sommeil, et 76% déclarent se sentir fatigués au travail.

Le sommeil est l’un des trois piliers de la vie saine, selon l’American Academy of Sleep Medicine. Sept heures ou plus par nuit sont nécessaires pour les 18 à 60 ans.

«La fatigue et la perte de sommeil ont presque toujours été un problème au sein de la main-d’œuvre», a déclaré Emily Whitcomb, gestionnaire principale du programme de lutte contre la fatigue auprès du Conseil national de la sécurité. «J’ai vraiment l’impression qu’au cours des 10 dernières années, les employeurs commencent à réaliser que leurs employés sont moins productifs, qu’ils ne prennent pas les bonnes décisions et qu’ils font des erreurs».

Les mauvaises nuits ne font pas que nuire aux employés, mais peuvent aussi occasionner des millions de dollars de pertes aux employeurs chaque année.

Des actions de prévention et de dépistage sont donc nécessaires à la fois pour la santé des employés mais aussi pour celle de l’entreprise. Mieux dormir c’est mieux vivre, être plus performant et moins sujet aux accidents…

L’intégralité de l’étude est disponible sur ce lien : 

http://www.nsc.org/Fatigue%20Documents/Fatigue-Survey-Report.pdf

Le travail posté affecte la mémoire

Une récente étude Australienne a comparé les performances de mémorisation de travailleurs postés (3×8, horaires décalés…) et de travailleurs de jour. Il était demandé aux participants de mémoriser des positions de mots sur un écran. Après 12 heures d’éveil occupées par une « journée » de travail, les deux groupes mémorisent moins bien que lorsqu’ils ont une période de sommeil durant ces 12 heures. Cependant, les performances des travailleurs postés sont statistiquement moins bonnes que les performances des travailleurs de jour.

Ces résultats suggèrent que le travail posté, c’est à dire les périodes de sommeil irrégulières et décalées, affectent durablement les processus de mémorisation. Il est donc primordial pour les travailleurs postés d’être très vigilants sur leur qualité de sommeil.

Référence de l’étude : The effect of sleep on item recognition and source memory recollection among shift-workers and permanent day-workers.