L’alcool : un faux ami du sommeil

Alcool et sommeil

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, boire un petit verre avant de s’endormir serait contreproductif…

Une étude Québécoise récemment rendue publique explique que si l’alcool permet de s’endormir rapidement sans se réveiller pendant les premières heures, il bouleverserait le reste de la nuit en provoquant un sommeil fragmenté, des éveils nocturnes et, parfois, un réveil matinal précoce avec incapacité de se rendormir.

L’étude indique également que 4% des personnes interrogées et 10% des insomniaques auraient recours à l’alcool comme « somnifère ».

Mais la consommation excessive d’alcool ne perturbe pas seulement la nuit. La journée suivante, la capacité à accomplir des tâches d’attention partagée serait affectée en raison des effets de l’abus d’alcool sur le cycle du sommeil. La vigilance et la concentration à des tâches complexes ou dangereuses en seraient perturbées.

Une raison de plus de consommer avec modération…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *